19/02/2010

Devenir adulte

Devenir adulte, c'est vivre une journée ordinaire de vacances: se lever,déjeuner,aller à l'entrainement, rentrer déjeuner un repas de sportif, aller à une leçon de conduite en ayant le stress qui monte avant le grand jour, retourner à l'entraînement, dîner , jouer sur son ordi avec les copains en ligne (on est geek ou on ne l'est pas),puis rejoindre sa mère  devant les JO, mais sans ordi pour pouvoir échanger, commenter et enfin,aller se coucher.

-Que veux-tu manger pour ton anniversaire?

- Une andouillette avec des frites et un gâteau au chocolat.

Bon, pas de grande cuisine à faire: Ptit Too se charge du gâteau: un exploit!

Et la mère ce jour là: que fait-elle?

Elle se lève, déjeune, travaille, prépare le repas,repasse le linge,fais les courses (Il faut trouver des andouillettes),va chez le coiffeur pour marquer le coup, retravaille , prépare le repas, regarde les Jo tout en surfant sur le net et va se coucher.

Oui mais... quand elle est seule pendant cette journée,elle cogite, elle se souvient, et les larmes lui montent au yeux.

Elle se souvient, il y a 18 ans de cette visite du 8° mois pour ce troisième bébé,le premier qu'elle espère garder en vie.

Elle se souvient du 'Madame, on vous garde'.

Elle se souvient de 'Appelez le mari'.

Elle se souvient de 'Prévenez le pédiatre'.

Elle se souvient de 'Prévoyez une couveuse'.

Elle se souvient de la salle et du paysage enneigé sous ses yeux.Ce bébé qui vient trop tôt, en souffrance.

Elle se souvient de 'Monsieur, veillez sortir'

Elle se souvient de ce qu'elle ne comprenait pas: un arrêt cardiaque du bébé et une apnée respiratoire.

'Ses poumons ne sont pas terminés.'

Elle se souvient qu'elle avait très froid.

'Occupez -vous de la mère, vous voyez qu'elle va mal'.

Des sonnettes stridentes partout, du personnel médical qui s'affaire.

6 de tension.

Et ce bébé qui part en néonat et qu'elle ne verra que lorsqu'elle sera en état d'y aller.

18 ans après, elle trouve un trou dans son emploi du temps(juste après le déjeuner pendant la leçon de conduite) pour lui concocter le pochon emballage cadeau de sa trousse de survie du jeune adulte, ces présents qu'elle a accumulés au fil des semaines.

 

pochon Thibault.JPG

 

Initiale brodée lors de ses exercices de l'OBE du forum d'Océlie,toile d'héritage dont on faisait les tabliers de cuisine dans les années 1960,  liens sont de la récupération d'un sac en papier de boutique, modèle maison .

Soyons terre-à-terre: ce pochon servira à séparer les sous vêtements lorsqu'il fera son sac pour aller on ne sait où l'an prochain faire ses études!

Et puis soyons réaliste: il sera adulte quand il aura un salaire et un toit à lui.

Commentaires

J'aime bien cette façon de narré les histoires, tu passes de la partie hyper émouvante et angoissante à la dérision du sac qui va finir pour les sous-vêtements!!
Pas toujours facile les arrivées au monde, moi la mienne de puce est arrivée à 7mois et demi et je n'avait pas 6 de tension comme toi mais 19 ,6 : et il était moins une... Un moment difficile (même plusieurs jours difficiles je suis restée en réa 3 jours loin de ma fille) mais tellement de bonheurs maintenant!
bizzz

Écrit par : mu & cie | 19/02/2010

Annie, toi tu as un don : me donner des frissons...tu racontes tellement bien l'insupportable douleur d'Être que ta vie semble un roman, un super roman que je garde comme livre de chevet et dont je ne me lasse jamais.
Merci.

Écrit par : Kate Coto | 19/02/2010

Non ma Kate, c'est la vie ordinaire d'une femme qui plus est bien épargnée par la vie si on compare avec d'autres comme ma grand-mère.Je suis une privilégiée de la vie!

Écrit par : tout chocolat | 19/02/2010

ça y est, tu as réussi à me faire monter les larmes aux yeux et à rappeler MES souvenirs de ce jour LA, mais moi, c'était il y aura bientôt 32 ans...
sans mieux te connaître que "cela", je crois que si tu es comme tu dis "privilégiée" de la vie, c'est qu'il y de l'amour autour de toi, et c'est l'essentiel
heureux anniversaire à ton grand "petit"

Écrit par : dametine | 19/02/2010

Il fallait marquer le coup, un évènement pareil ça se fête, d'autant plus que les débuts sur terre de ton grand bébé n'ont pas été faciles. Pia

Écrit par : pia | 19/02/2010

belle histoire, tendre et caline, il semblerait que B. a bien poussé et s'est rattrapé, souhaite lui pour moi un bon départ dans sa vie de jeune mâle mûr...armé de son sac rempli d'amour, il a avec lui un porte-bonheur de choix!

Écrit par : mimi | 19/02/2010

Je tombe sur ta note au hasard de mes balades dans le blogsphère et j'en ai les larmes aux yeux.

Écrit par : steph la triplette | 19/02/2010

Les larmes sont venue pendant cette lecture....
amitiés marylin

Écrit par : marylin | 19/02/2010

comme je te comprends... le mieux aura 18 ans en septembre

mon dieu que ça passe vite une vie !

Écrit par : vero21 | 19/02/2010

tu es toute triste ou je me trompe? Mais en même temps c'est super quand même de les voir devenir adulte (d'abord ça veut rien dire ce mot), et passionnés par ce qu'ils font, glanant jour après jour tous les possibles de la vie, tu ne trouves pas? je te fais des grosses bises, madame du chocolat bien noir ce soir...

Écrit par : boitemoi | 19/02/2010

Que c'est émouvant de te lire!!! on se rappelle toute notre premier bébé qui est arrivé de façon tellement différente pour chacune d'entre nous!!!
En tout cas, voilà un jeune homme qui entre dans la vie, bien entouré avec beaucoup d'AMOUR!!!
Bon Anniversaire à ce jeune homme!!!
Et console toi, il a encore beaucoup besoin de toi pour les années AVENIR!!!
Bisoux

Écrit par : virginie d'extratendre | 19/02/2010

Non Mme Boitémoi, je n'ai pas le blues: je l'ai eu hier après midi.Depuis, je suis repartie à fond: un peu de champagne hier soir.maintenant je joue les Momans qui soutiennent: 'Tu vas l'avoir ton permis'...

Écrit par : tout chocolat | 19/02/2010

Très èmouvante ton histoire de naissance !
Bon anniversaire à lui !!!!
Ce serait trop long de te l'écrire ici mais en fait la vie c'est une lutte perpétuelle ...Pour beaucoup de gens dont nous faisons partie ,je crois !
Bises Edith

Écrit par : piroshka | 19/02/2010

Bien émouvant de lire ton histoire;
bon anniversaire à ton bb qui a grandi.
Bonne soirée à vous tous.
odine

Écrit par : odine | 19/02/2010

beau, beau, beau, beau et juste à la fois.
ces moments que l'on garde precieusement au fond de nous, c'est un peu notre anniversaire à nous aussi.
alors bon anniversaire à vous deux !
je ne veux pas gacher ta joie, mais y a pas qu'à 18 ans, les tripes elles se tortillent aussi a 20 puis 30 puis 40 ans plus tard, qu' on se demande si c'est normal apres je ne sais pas encore mais je penque que oui !

Écrit par : mamie jeannette | 19/02/2010

C'est drôle la vie. On s'attache aux mots, on s'attache à une personne, au bout de la France, au bout d'un blog. On vient, on revient, pour le plaisir de lire, de voir, d'écouter, d'avoir des nouvelles.
Et puis on se rend compte qu'au delà des mots, il y a une histoire commune, des liens créés par des maux communs, des récits qui se croisent... Ta mémoire est la mienne ce soir...
Je t'embrasse.
Anne

Écrit par : Anne | 20/02/2010

Je me reconnais dans ses larmes qui montent , ces journées où l'on cogite et cette fierté de voir ces jeunes adultes se lancer, un fils de 20 ans qui se prépare à quitter le nid pour ses études, une fille de 18 ans qui va devoir en faire autant, même si leur arrivée dans notre famille a été plus douce, plus sereine.

Écrit par : pause cafe | 20/02/2010

Oui, votre histoire est si belle, j'ai les larmes aux yeux pour la chance que vous avez eue et que ma belle-fille, hélas, n'a pas eue : sa petite fille tant attendue, déjà tant aimée, n'a pas pu être ranimée, c'était trop tard et pourtant la grossesse était à terme. Je suis la grand-mère de cette petite fille. Nous n'arrivons pas à nous en remettre, notre belle-fille et notre fils, non plus.
Merci pour vos mots si jolis et pour votre bonheur. Gabrielle.

Écrit par : Gabrielle | 20/02/2010

elle était bonne au moins lapatate?

Écrit par : boitemoi | 20/02/2010

Belle histoire, petit bohomme fragile est devenu un grand homme....ou presque... quand il aura salaire et toit ...

Écrit par : Bricabrac | 20/02/2010

ton histoire me rappelle la mienne il y a 19 ans (mais toujours avec des petits tracas) ... tu as raison : adulte si boulot, nénette et permis..... en attendant il skatte chez papa maman et en ce moment justement chez la nénette
ah la jeunesse !!
violine

Écrit par : VIOLINE | 20/02/2010

beaucoup d'émotion dans ce témoignage!
bel anniversaire à ta belle

Écrit par : stef et sa belette | 21/02/2010

Oui!Mme Boitémoi, elle était bonne avec une salade, du fromage: donnée à zhom!

Écrit par : tout chocolat | 21/02/2010

fouille pas trop dans la poubelle quand même, c'est pas super propre...

Écrit par : boitemoi | 22/02/2010

DUR DUR de les voir grandir et s'éloigner un peu plus chaque jour, je sais, je sais, on ne les "fait" pas pour soi!!!! Gros bisou!

Écrit par : hirondelle | 22/02/2010

que d'émotion pour ces moments qui sont en nous et qui ressurgissent en lisant comme maintenant tes belles phrases, et ça m'a fait repartir en arrière pour ma 1er fille il y a 36 ans !
ça fait comme une bulle que je croyais enfouie !
merci a toi

Écrit par : granny fee | 23/02/2010

c'est trés émue que je viens souhaiter un trés joyeux anniversaire à ton "futur adulte quand il aura un toit et un salaire à lui"...toutes les entrées dans le monde ne se passent pas toujours bien,j'en connais aussi un rayon,mais la mémoire vivante des mères est là pour le rappeler...bisous

Écrit par : Annie | 24/02/2010

Très émouvante, ta façon de raconter cette naissance. Moi qui ai eu la chance de faire naitre 4 enfants sans le moindre souci, j'ai aussi les larmes aux yeux. Et je mesure là le courage des mères pour qui tout ne va pas aussi bien.
Dans ma famille, il y a des jumeaux, nés très prématurés. Le plus petit pesait 1,2 kg ! Et le pronostic des médecins était bien pessimiste... Aujourd'hui, ils ont 16 ans et tous deux vont bien, très bien même ! La vie est parfois dure, mais elle est belle aussi !

Écrit par : Sylvie BG | 24/02/2010

Les commentaires sont fermés.